je-savais-qu-en-europe-on-ne-tire-pas-sur-les-gens

Je savais qu’en Europe on ne tire pas sur les gens

Mortaza JAMI

16,00 € inclus TVA unique 5,5%

fleche-collections5COLLECTION GÉNÉALOGIES

Je savais qu’en Europe on ne tire pas sur les gens

Mortaza JAMI

Fils d’un commerçant de Kaboul, Mortaza Jami a passé son enfance entre l’Iran et l’Afghanistan, au gré de l’avance des talibans et des rivalités interreligieuses qui ont bouleversé la région depuis l’invasion soviétique de 1979. En 2009, victime d’une fatwa et sous le coup d’un mandat d’arrêt, il décide de quitter son pays et de gagner l’Europe. Commence alors une longue errance, dont le but est encore incertain : Canada, Allemagne, France ?

À travers les montagnes du Kurdistan, la Turquie, la mer Egée, l’Adriatique, les Alpes, en camion, en bateau, à pied ou en train, il parvient enfin à gagner le territoire français, et le square Villemin où, dans le 10e arrondissement de Paris, se retrouvent les réfugiés qui ont connu des parcours semblables au sien.
Ce témoignage inédit est le récit de cette épreuve initiatique, qui est d’abord un formidable défi personnel. Et puis il y a l’émerveillement, la stupeur et l’ironie devant les réalités d’une société d’accueil dont la langue, les mœurs, les coutumes et les codes, qu’il s’approprie peu à peu, sont, pour lui, d’une totale étrangeté.

Préfacé par Fabien DANY

« Mortaza Jami a publié son livre sans penser à autre chose qu’à témoigner. Dans le train qui le conduisait à Paris, il a noté ceci : « J’observais les passagers en train de lire Je me disais que les Français profitaient de chaque instant pour apprendre et que c’était pour cette raison que la France était un pays très développé. » Cette simple phrase mérite qu’on prononce ici un éloge littéraire de Mortaza Jami. »
Étienne de Montety, Le Figaro Littéraire

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

ISBN : 978-2-36358-043-6
Prix : 16 €
192 pages
Parution septembre 2012